satellite

Agriculture,Technologie

Oenoview : la viticulture de précision

24 Sep , 2014  

Fruit d’un partenariat entre Astrium Infoterra (filiale d’EADS) et l’ICV (institut coopératif du vin), le projet Oenoview s’est vu décerné le trophée de bronze du prix «Agriculture et Nouvelles Technologies» lors de l’édition 2009. Infoterra, spécialiste du traitement de l’imagerie satellite au service de l’agriculture, met son expertise au service de la viticulture.

 

En quoi cela consiste ?

À la véraison (moment où le raisin change de couleur), trois à quatre semaines avant la date des vendanges, les satellites Spot-5 ou Formosat-2 prennent un cliché infrarouge des parcelles de vigne. Le but: obtenir une cartographie de précision de la «couverture foliaire», la quantité de «végétation verte» portée par les pieds de vigne.

Selon les spécialistes, c’est à ce jour l’outil le plus fiable et le plus précis pour segmenter le vignoble. Cette technologie innovante permet d’apprécier rapidement l’état du vignoble. Oenoview utilise des images satellitaires de parcelles qui permettent de caractériser les ceps et le vignoble.

L’ICV apporte son expertise en conduite de la vigne et délivre ses conseils au producteur en fonction de ses objectifs : vendanges sélectives, dimensionnement d’un système d’irrigation. « C’est une collaboration où les complémentarités jouent à 150 % », résume Jacques Rousseau, Directeur Vigne et Vin à l’ICV.

L’interprétation de ces cartes permet d’obtenir une cartographie précise liée à la surface foliaire, mais aussi des indications sur le poids des grappes et des baies, et sur la composition du raisin en différents points de la parcelle.

Une démarche effectuée en 3 étapes :

-Un satellite (SPOT 5, FORMASAT) prend des images de haute résolution des parcelles au moment le plus stratégique.

-Ces images acquises dans le visible et l’infrarouge sont traitées sous forme de cartes. Elles mesurent la surface foliaire de la vigne en chaque point de la parcelle et présentent ses caractéristiques (vigueur, hétérogénéité).

-Un expert viticole réalise une visite complémentaire sur les parcelles et réalise un rapport complet intégrant les données de cartographie et les retours terrain.

 

 

Qui utilise ce système ?

Le système oenoview est opérationnel depuis 2007, le nombre de clients ne cesse de croître et couvre désormais plusieurs régions en France, comme le Languedoc-Roussillon, le Bordelais, les Côtes de Gascogne, les Côtes du Rhône, mais s’exporte également à l’étranger, notamment au Maroc. Des campagnes d’essais sont d’ores et déjà en cours dans l’hémisphère sud.

En 2010, Oenoview a traité quelque 6000 hectares de vignes dans toute la France, pour 50 à 70 euros par hectare. Beaucoup de pays utilisent ce système, outre le Maroc, une campagne expérimentale est en cours en Grèce et un projet est également envisagé au Japon.

En France , les grandes propriétés aux vastes parcelles y trouvent un véritable intérêt, mais les domaines beaucoup plus exigus, eux, ne feront sans doute pas appel à ce service, l’analyse satellite n’ayant que peu de sens dans le contrôle de quelques hectares.

Quelques réactions :

 

« La meilleure sélection des baies a permis d’augmenter de 20% la production de nos 1ers vins « ,

Patrick Bongard, Châteaux Castel

 

« Rentrer les raisins dans le bon ordre de maturité…encuver des lots de raisins de qualité homogène…rééquilibrer la vigueur sur une parcelle« ,

Marc Médeville, Château Fayau

 

« Une aide indiscutable dans l’organisation du chantier de vendange« ,

Christophe ROUSSEAU, Château Fieuzal

 

« L’intérêt d’oenoview est de visualiser ces différences de vigueur que l’on ne repère pas forcément à l’œil nu.« ,

François Morel, Domaine Uby.

 


 

Sources :

Share on Facebook3Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone

, , , , , , , , ,


les commentaires sont fermés.